Arrêt de service programmé du vendredi 10 juin 16h jusqu’au lundi 13 juin 9h. Pour en savoir plus
Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Ouvrage (y compris édition critique et traduction)

Logiques du fascisme : L'Etat totalitaire en Italie

Résumé : Le fascisme revendiquait avec fierté sa dimension « totalitaire » et proclamait ouvertement son ambition de « fasciser intégralement la société civile ». Il n’en est pas moins considéré, aujourd’hui, dans l’opinion et par la plupart des spécialistes, comme un banal régime autoritaire, s’étant révélé incapable de transformer en profondeur les attitudes et les pratiques sociales des Italiens. Il aurait manqué au fascisme un parti unique suffisamment puissant pour convertir l’ensemble de la population à la nouvelle religion politique des chemises noires. Le régime aurait également échoué à produire sa propre classe dirigeante. Enfin, l’absence de terreur se déployant sur une échelle de masse finirait de distinguer le fascisme du nazisme ou bien encore du stalinisme. C’est un autre regard que cet ouvrage entend porter sur le fascisme. En effet, l’étude des plus hauts cadres de l’Etat et l’analyse des archives du régime amène à contester cette interprétation dominante. Dès 1922, le mouvement fasciste entreprend la conquête de l’Etat, puis sa transformation progressive en un instrument adapté à l’exercice d’une domination totalitaire. Depuis les sommets de l’Etat jusqu’aux profondeurs de la société civile, l’ensemble des relations sociales se trouvent soumises à de nouvelles logiques. De nouvelles valeurs, de nouvelles normes, de nouvelles règles de comportements s’imposent à tous. C’est donc bien une dynamique totalitaire qui se manifeste par l’émergence d’un système de contrôle des hommes et de leurs comportements à vocation totale. Le régime fasciste apparaît ainsi comme le précurseur d’un « totalitarisme sans terreur » qui ne pratiquera pas le génocide ou le crime de masse, mais n’en sera pas moins capable d’engendrer une société de contrôle d’un genre nouveau. Jean-Yves Dormagen, ancien élève de l’Ecole normale supérieure et ancien membre de l’Ecole française de Rome, agrégé d’histoire et de science politique, est professeur à l’université Montpellier 1 et chercheur au Centre d’études politiques de l’Europe latine (CEPEL-CNRS).
Type de document :
Ouvrage (y compris édition critique et traduction)
Liste complète des métadonnées

https://hal.umontpellier.fr/hal-03516898
Contributeur : Damien Potier Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : vendredi 7 janvier 2022 - 14:33:45
Dernière modification le : samedi 8 janvier 2022 - 03:40:37

Identifiants

  • HAL Id : hal-03516898, version 1

Collections

Citation

Jean-Yves Dormagen. Logiques du fascisme : L'Etat totalitaire en Italie. Fayard, pp.400, 2008, Histoire, 9782213631592. ⟨hal-03516898⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

24