Les rongeurs Theridomorpha à l’Eocène inférieur : les débuts inattendus d’une radiation adaptative - Université de Montpellier Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2018

Les rongeurs Theridomorpha à l’Eocène inférieur : les débuts inattendus d’une radiation adaptative

Résumé

De nos jours, les rongeurs constituent le groupe de mammifères le plus divers, avec 2280 espèces environ. Cette grande diversité est le résultat de séquences de radiations adaptatives et de transformations évolutives, ponctuées d’épisodes d’extinctions, depuis leur origine à la fin du Paléocène (e.g. div. in Black & Dawson 1989 ; div. in Cox & Hautier 2015). Parmi les multiples radiations du passé, celle des Theridomorpha est particulièrement informative. En effet, sur la base de leurs abondants fossiles, on a pu constater qu’elle s’est déroulée sur un territoire restreint, l’Europe Occidentale et durant 25 millions d’années, de la fin l’Eocène inférieur jusqu’à la fin de l’Oligocène. Les rongeurs européens plus anciens étaient attribués à la superfamille EurAmericaine des Ischyromyoidea (e.g. Escarguel 1999). Parmi eux, le genre Hartenbergeromys Escarguel était considéré comme le genre-frère des Theridomorpha (Escarguel 1999 ; Marivaux & Vianey-Liaud 2004). Sur la base d’une analyse phylogénétique exhaustive, basée essentiellement sur les caractères dentaires, ce genre ainsi que Pantrogna Hartenberger ont été placés dans une superfamille indet. au sein des Theridomorpha, comme groupe frère des Theridomyoidea (Vianey-Liaud & Marivaux 2016). Partageant des apomorphies dentaires avec eux, ils auraient conservé une région infraorbitaire (f.i.o.) plésiomorphe (i.e. protrogomorphie), tandis que les Theridomyoidea ont développé l’hystricomorphie. Par ailleurs, le genre Masillamys, défini par Tobien (1954) pour trois espèces de Messel (M. begeeri, M. krugi et M. parvus), n’avait pas été pris en compte dans notre analyse car ce genre était considéré comme « sciuromorphe » et placé dans la tribu des Microparamyini au sein des Ischyromyoidea (Escarguel 1999) ; les espèces krugi et begeeri étaient mises en synonymie et parvus attribué au genre Hartenbergeromys, sans qu’une analyse précise de leur morphologie dentaire n’ait été faite. Or, l’observation des squelettes récoltés à partir des années 1990 au Senckenberg Museum (Francfort) et au Hessisches Museum (Darmstadt), ainsi que les rangées dentaires types, nous permettent de ranger le genre Masillamys au sein des Theridomorpha, sur la base de leur f.i.o. hystricomorphe et de leurs caractères dentaires, ces derniers permettant aussi de maintenir les trois espèces. A partir de là, il nous est apparu important de reconsidérer les restes de la région infraorbitaire mais aussi le matériel dentaire de Pantrogna marandati et Hartenbergeromys hautefeuillei de Prémontré. Ces deux espèces sont clairement hystricomorphes. L’espèce-type de Pantrogna est P. russelli (Michaux 1964) de la localité plus ancienne d’Avenay, mais pour cette espèce il n’y a pas de restes de la région infra-orbitaire ; par contre d’autres genres contemporains ou un peu plus anciens et considérés comme ischyromyoides, tel le Pseudoparamys de Mutigny ou le Sparnacomys d’Abbey Wood, montrent également un large foramen infra-orbitaire, hystricomorphe. Finalement, c’est l’ensemble des caractères dentaires de ces genres que nous sommes en train de revoir, sur la base d’une terminologie commune et précise, qui permettent de les comparer concrètement, et in fine, d’évaluer leur positions respectives dans un contexte phylogénétique.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-01813499 , version 1 (12-06-2018)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01813499 , version 1

Citer

Monique Vianey-Liaud, Laurent Marivaux. Les rongeurs Theridomorpha à l’Eocène inférieur : les débuts inattendus d’une radiation adaptative. Congrès Association Paléontologique Française (APF) 2018 : « Out of Europe », Apr 2018, Bruxelles, Belgique. pp.42. ⟨hal-01813499⟩
122 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More