L’Eocène continental du complexe de Gour Lazib (Sahara nord-occidental, Algérie) - Université de Montpellier Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Mémoires du Service Géologique National - Algérie Année : 2016

L’Eocène continental du complexe de Gour Lazib (Sahara nord-occidental, Algérie)

Mustapha Bensalah
  • Fonction : Auteur
Fateh Mebrouk
  • Fonction : Auteur
Olga Otero
Djamila Zaoui
  • Fonction : Auteur
Madani Benyoucef
  • Fonction : Auteur
M'Hammed Mahboubi
  • Fonction : Auteur

Résumé

Le Complexe des Gour Lazib compte trois localités : Glib Zegdou, Gour Lazib et Gour Idergane, qui constituent un ensemble de buttes-témoins d’âge éocène localisée à environ 400 km au Sud-Ouest de Béchar. Ce complexe offre une série sédimentaire continentale riche en restes de vertèbres fossiles, notamment en mammifères, et en microflore. Les récentes missions annuelles de prospections géologiques et paléontologiques, réalisées dans ces terrains, ont permis de compléter la lithostratigraphie de la formation du Glib Zegdou vers sa base, d’affiner la connaissance de sa stratigraphie et sa sédimentologie. L’étude des faunes (poissons, mammifères) et de la flore (charophytes) récoltée a sensiblement amélioré la connaissance du registre fossile des taxons concernés et a permis de préciser le paléoenvironnement et l’âge de la formation. Les affleurements prospectés s’étendent sur plus de 50 km, du Glib Zegdou à l’Est jusqu’au Gour Idergane à l’Ouest. L’étude de huit coupes lithologiques a permis de faire des corrélations lithostratigraphiques et de subdiviser la formation du Glib Zegdou en trois membres sédimentaires. A savoir, un membre inférieur argilo-marno-gypseux reposant sur un substratum paléozoïque et surmonté par un membre intermédiaire argilo-silto-gréseux, l’ensemble est coiffé par un membre supérieur gréso-carbonaté souvent silicifié. L’étude sédimentologique réalisée sur trois coupes de références, à l’affleurement et sur les lames minces, met en évidence deux importantes phases d’épigénie (calcitisation et silicification) des sédiments détritiques originels. Cette double épigénèse, qui affecte essentiellement le membre supérieur, est marquée sur le terrain par diverses structures : structures à débits en boules, en desquamations et en glaebules roses non stratifiées, concrétions silicifiées trahis parfois par des reliques du sédiment originel. En lames minces, le quartz est abondant, souvent corrodé et entouré par une pellicule microsparitique à sparitique. Dans l’ensemble des Gour, le membre intermédiaire de la formation a livré, un nombre impressionnant de gyrogonites de charophytes. Deux familles sont reconnues : les Characeae et Raskyellaceae. La première est documentée par une douzaine d’espèces, tandis que la deuxième est représentée par deux espèces appartenant au même genre Raskyella. Sur le plan biostratigraphique, et compte tenu de l’extension stratigraphique de certains taxons communs aux gisements européens, l’ensemble des espèces de charophytes permettent de proposer un âge Yprésien supérieur à Lutétien basal pour le membre intermédiaire de la formation du Glib Zegdou. Les analyses magnétostratigraphiques réalisées sur la coupe type de Glib Zegdou suggèrent que le membre inférieur et le membre intermédiaire de cette formation pourraient avoir un âge autour de 49 Ma, correspondant dès lors à la limite Yprésien-Lutétien ou au Lutétien inférieur. Le contenu fossilifère du membre inférieur se limite à des restes de poissons actinoptérygiens (écailles de polyptères et os brisés de siluriformes) et de chélonien podocnémididé (crâne et dossière). Avant 2004, le registre mammalien du membre intermédiaire de cette formation ne comptait qu’une dizaine d’espèces. Depuis, les nouvelles prospections paléontologiques menées annuellement dans ces régions, nous ont conduits à la découverte d’une quinzaine de sites fossilifères remarquables à mammifères associés à des poissons d’eau douce, chéloniens, oiseaux, et à un nombre impressionnant de charophytes. Aujourd’hui, plus de 30 espèces de mammifères sont recensées, incluant de nouvelles espèces en cours de description, et documentent plusieurs ordres modernes de placentaires connus en Afrique au cours du Paléogène ancien : rongeurs, primates, insectivores, hyracoïdes, chauve-souris, condylarthres, macroscélidés, carnivores créodontes. Seule l’absence des proboscidiens est à signaler. La faune du Complexe des Gour Lazib, en cours d’étude, éclaire d’un jour nouveau notre connaissance de l’évolution et de la radiation initiale des mammifères en Afrique.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-01813421 , version 1 (12-06-2018)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01813421 , version 1

Citer

Mohammed Adaci, Mustapha Bensalah, Rodolphe Tabuce, Fateh Mebrouk, Laurent Marivaux, et al.. L’Eocène continental du complexe de Gour Lazib (Sahara nord-occidental, Algérie). Mémoires du Service Géologique National - Algérie, 2016, 19, pp.63-89. ⟨hal-01813421⟩
141 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More