Le mécanisme REDD+ et les projets pilotes à Madagascar : d’un idéal incitatif à la réalité des dispositifs de gestion

Résumé : La principale innovation du mécanisme de réduction des émissions issues de la déforestation et de la dégradation des forêts (REDD+) est de proposer un mécanisme de conservation des forêts par l’incitation économique basé sur les résultats. L’objectif de cet article est de mettre en perspective ce discours d’innovation politique avec la réalité des projets pilotes REDD+, en interrogeant la place qu’y occupe finalement le principe d’incitation économique. Nous analysons les projets pilotes REDD+ à Madagascar en mettant en évidence les logiques managériales qui les sous-tendent, les dispositifs territoriaux qu’ils produisent, et les modalités de mise en œuvre auprès des populations locales. Ce travail montre les décalages entre le mécanisme REDD+, vu comme un instrument économique incitatif, et son opérationnalisation en différents dispositifs de gestion aux modalités souvent très contraignantes, voire coercitives. Ces dispositifs, selon la doctrine gestionnaire qu’ils portent, mobilisent ce mécanisme comme un instrument de financement des politiques de conservation préexistantes, ou comme une incitation de développement économique agricole qui bénéficie à une élite.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal.umontpellier.fr/hal-02045407
Contributeur : Odile Hennaut <>
Soumis le : mercredi 6 mars 2019 - 13:31:53
Dernière modification le : jeudi 6 juin 2019 - 14:40:53

Identifiants

Citation

Laura Brimont, Maya Leroy. Le mécanisme REDD+ et les projets pilotes à Madagascar : d’un idéal incitatif à la réalité des dispositifs de gestion. Natures Sciences Sociétés, EDP Sciences, 2018, 26 (3), pp.308-319. ⟨10.1051/nss/2018043⟩. ⟨hal-02045407⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

62