, Groupe=1&Niveau=4&Page=7 Le bulletin Le Maintien de la paix est publié sous la direction de MM. Albert Legault, Stéphane Roussel et André Laliberté dans le cadre du programme Forum sur la sécurité et la défense (FSD) du ministère de la Défense nationale. Les numéros récents peuvent être consultés à l, Les numéros 18 à 58 du bulletin Le Maintien de la paix sont disponibles à l'adresse suivante

, Orient de par leur situation géographique peuvent choisir de livrer soit vers l'est, soit vers l'ouest. Ceci n'est pas envisageable pour les producteurs du Bassin Pacifique à cause de la distance et de l'absence de partenaires de chaque coté de l'océan, c'est pourquoi les livraisons spot vers la Corée du Sud sont plus stables que celles à destination des États-Unis. Une fois encore le Moyen Orient joue le rôle du swing partner, Les possibilités d'arbitrage sont plus importantes dans le Bassin Atlantique car les pays du Moyen

J. T. Jensen, OG) parle du passage d'un approvisionnement par projet (project supply) à un approvisionnement par marchandise (commodity supply), le GNL deviendrait-il une marchandise comme une autre? Quoique cette affirmation reste très controversée, c'est ce que certains disent également du pétrole. On peut aussi se demander si dans le contexte de globalisation des marchés qui est le nôtre, une demande croissante qui s'accompagnerait d'une flexibilisation du marché, et donc d'une augmentation de la concurrence

. Flexibilité and . Précarisation,

D. Si and . Yergin, de flexibilité permet de réagir plus vite en cas de crise, d'autres, tel Ahmed Mazighi de Sonatrach, se révèlent moins optimistes, craignant que flexibilité ne rime avec volatilité, ce qui induirait un accroissement des risques sur le marché du gaz naturel. Selon Mazighi, le marché spot, en instaurant la loi du plus offrant, obligerait les pays qui paieront le moins à stocker du gaz pour faire face à leur demande, Ce stockage additionnel pourrait aussi être pratiqué par les producteurs s'ils en venaient à considérer que les prix sont trop faibles

, des caves salines ou des couches aquifères peut représenter jusqu'à 75% du coût du gaz naturel sur une chaîne de développement -liquéfaction -shipping -regazéification

, Il avance également que certains secteurs, comme la transmission, pourraient se retrouver en « sous investissement » du fait d'une politique de découplage (unblunding) de la chaîne à 3 niveaux : exploration, production et transmission. La flexibilité deviendrait alors une menace pour la sécurité des approvisionnements

, Voici une déclaration de la Commission Européenne, tirée du Rapport sur les progrès de création d'un marché interne du gaz et de l'électricité

C. Dans-ce, les effets à long terme des contrats de gaz devront être pris en compte, à la fois en ce qui concerne la concurrence et le fait que de tels contrats peuvent s'avérer nécessaires pour soutenir le financement de nouvelles infrastructures importantes, 2005.

, du marché du gaz, il faut préciser que la majorité des contrats sont encore des accords à long terme. Jusqu'à aujourd'hui, les contrats courts ont surtout permis de pallier à des situations d'urgence. En outre, avec la montée des risques terroriste et climatique, la flexibilisation d'une partie du marché du gaz, par l'intermédiaire du GNL, peut aussi se révéler être un atout précieux pour la sécurité énergétique

, ExxonMobil préfère limiter ses coûts d'approvisionnement en signant un gros contrat avec le Qatar, en construisant des tankers 40% plus imposants que la moyenne et en bâtissant ses propres terminaux de regazéification, c'est ce qu'on appelle une chaîne d'approvisionnement intégrée. Cette stratégie comporte des avantages financiers évidents mais limite la flexibilité dans le choix des fournisseurs et le mode de livraison car peu d'installations sont capables d'accueillir de tels monstres. Qu'il survienne un problème à n'importe quel niveau de la chaîne, On retrouve d'ailleurs cette ambiguïté face à la flexibilisation dans les différentes stratégies adoptées par les compagnies énergétiques. Par exemple

, Total ou BG Group lequel revend même son GNL sur d'autres marchés, préfèrent diversifier leur portefeuille, en achetant des equities dans différents projets de liquéfaction et de regazéification et misent sur des bateaux plus petits et plus mobiles pour profiter du système d'arbitrage entre les marchés

, Peut être que la question n'est pas de savoir s'il est utile d'apporter plus de flexibilité au marché du gaz mais plutôt de se demander dans quelle mesure on souhaite développer et encadrer cette dernière. Ce qui nous amène à la question finale, se dirige-t-on vers une flexibilisation générale du marché du GNL, ou bien plutôt vers un marché à deux vitesses, divisé entre des pays qui intègrent leur chaîne d'approvisionnement de GNL et d'autres qui préfèrent se contenter d'achats ponctuels? Célia DELALANDRE, doctorante Chercheure associée