Skip to Main content Skip to Navigation
Poster communications

Que révèle le discours des patientes sur les troubles cognitifs subtils induits par un cancer du sein ?

Résumé : Introduction : Le cancer du sein et ses traitements peuvent être à l’origine de troubles cognitifs subtils appelés Cancer-Related Cognitive Impairment (CRCI). Le CRCI a un retentissement négatif sur la qualité de vie des patientes, qui se plaignent de distractibilité, d’oublis et d’anomie. L’examen objectif révélerait une atteinte mnésique, attentionnelle et exécutive. Pourtant, il existe une discordance entre l'ampleur de la plainte et les scores des tests neuropsychologiques, qui s’expliquerait notamment par un manque de sensibilité des tests ou par la présence de facteurs confondants. L'évaluation standard du langage se résume à une fluence et une dénomination ce qui semble insuffisant pour la subtilité du CRCI. Des études en aphasiologie ont montré l’intérêt de l’analyse de discours dans la détection de troubles cognitifs fins. L’élaboration d’un discours est une tâche complexe, et la présence excessive de disfluences (pauses, répétitions ou reformulations) signerait la présence d’un trouble cognitif. Objectifs : Cette étude préliminaire vise à esquisser le profil linguistique des patientes avec un CRCI et à mieux comprendre les mécanismes cognitifs sous-jacents. Méthode : Nous avons administré trois épreuves discursives (narration, rappel de texte, discussion thématique) à 14 patientes participant à un programme de réadaptation physique environ 5 mois après la fin des traitements adjuvants (hors hormonothérapie) après cancer du sein. Nous avons mesuré le taux de disfluences (nombre de disfluences pour 100 mots). Les patientes ont complété des auto-évaluations sur leur plainte cognitive, leur fatigue et leur anxiété/dépression, et ont bénéficié d’une courte évaluation neuropsychologique. Résultats : Lors des entretiens, 13 patientes ont rapporté une anomie et 12 avaient un score aux questionnaires de plainte cognitive indiquant la présence d’une plainte significative. Les tests neuropsychologiques n’ont pas révélé la présence de troubles cognitifs. En revanche, l’analyse du discours a mis en évidence un taux de disfluences deux fois plus élevé que les valeurs rapportées dans la littérature pour des locuteurs sains. Conclusion : Cette étude pilote exploratoire montre un taux élevé de disfluences chez des patientes qui se plaignent d’anomie et dont la plainte cognitive est importante. Le taux de disfluences serait un bon marqueur pour révéler l’anomie des patientes traitées pour un cancer du sein. Cette approche novatrice pour la détection des disfluences mériterait d’être explorée davantage afin d’investiguer sa sensibilité pour dépister l’anomie comme signe possible de CRCI.
Document type :
Poster communications
Complete list of metadata

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03738332
Contributor : Amélie B. Richard Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, July 26, 2022 - 8:00:33 AM
Last modification on : Saturday, September 24, 2022 - 3:04:06 PM

File

poster_JIOR2022_V2.2.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03738332, version 1

Collections

Citation

Amélie Richard, Karen T Reilly, Sophie Jacquin-Courtois. Que révèle le discours des patientes sur les troubles cognitifs subtils induits par un cancer du sein ?. 1e Journée Interrégionale d'OncoRéhabilitation, May 2022, Lyon, France. ⟨hal-03738332⟩

Share

Metrics

Record views

15

Files downloads

3